III- L'action de la morphine et son administration

 

L'action de la morphine et son

administration

par Maximilien JONCHERAY.

I -Voie d’administration

II -L’action de la morphine

 


 

 

I -Voie d'administration

1) Différents modes d'administration

  La voie par injection, injection intraveineuse (dans une veine à l'aide d'une seringue généralement), injection sous cutané (sous la peau, fréquemment au niveau du ventre ou des cuisses), injection intraveineuse en perfusion (système de goutte à goutte permettant l'injection d'un médicament), injection péridurale (cf schéma),injection intrathécale (Une injection intrathécale est une injection qui se fait à l'intérieur du systeme nerveux )


  Par voie orale:comprimé ou géllule, sirop, solution buvable;


-Dans le cas du traitement d'une douleur aiguë , on réalise une titration de la dose de morphine. On commence par diluer l'ampoule de 10 mg dans une seringue de 10 ml de sérum physiologique puis on réalise une première injection dont la dose est précisément 0,1 mg/kg (soit 7 mg pour une personne de 70 kg) puis on renouvelle l'injection à demi dose (soit 0,05 mg/kg) toutes les cinq minutes jusqu'à obtenir un effet analgésique suffisant.

- Dans le cas de douleurs chroniques, la mise en route du traitement par morphine vient en remplacement d'un autre traitement pour diminuer la douleur. On estime que la dose de départ correspond à environ 1mg/Kg/jour. Après 3 jours, si le patient ne ressent pas un effet analgésique suffisant, la dose est augmentée de 60 mg par jour et ainsi de suite jusqu'à la satisfaction du patient.

 

2) Doses prescrites

La dose administrée est différente selon le mode d’administration utilisé.

Voie orale sous cutanée intraveineuse péridurale intrathécale
1 0.5 0.3 O.1 à 0.05 O.2 à O.OO5mg/kg/jour

 

 


 

 

II -Action de la morphine

1° Action de la morphine au niveau de la moelle épinière

a) Les molécules d’enképhaline

  Les molécules d’enképhaline sont des neurotransmetteurs libérés par d’autres neurones spécialisés, situés dans la corne dorsale de la moelle épinière, les interneurones (neurones faisant la connexion entre deux neurones). Étant fabriqués par le corps humain, on parle de substances endogènes. Les molécules d’enképhaline viennent se fixer sur les récepteurs opioïdes "kappa" et "delta" des neurones "Ni" ce qui entraîne leurs inhibitions. Par suite, ces neurones libèrent moins de neurotransmetteurs. La fréquence des PA émis est donc modifiée: la transmission des messages nociceptifs vers le cerveau diminue. Elles viennent donc freiner les messages nociceptifs à l’origine de la douleur. Elles n'entrainent pas de dépendance mais agissent à court terme.

 

b) Action de la morphine


   La morphine possède une structure qui présente une région semblable aux enképhalines. Elle se fixe sur les récepteurs opioïdes "kappa" et "delta" localisés sur les neurones de la corne dorsale de la moelle épinière, les inhibe de la même manière que les molécules d’enképhaline, et exerce un blocage presque total de l’émission des messages nociceptifs par les neurotransmetteurs. Le fait qu'elle puisse se fixer sur les récepteurs opioïdes est dû à sa structure semblable à celle des enképhalines . Son activité analgésique est plus puissante que celle des l’enképhaline et dure plus longtemps, car contrairement aux molécules d’enképhaline la morphine n’est pas dégradée. Son activité n’entraîne pas de dépendance. Les molécules de morphines sont des molécules exogènes.     

 

           Shéma de comparaison d'une molécule de morphine et d'enképhaline

 

  Action de la morphine au niveau du cerveau

a) Les molécules d’enképhaline


Sans enképhalines, des interneurones inhibiteurs libèrent des neurotransmetteurs (GABA) à l'origine de l'activité des neurones à dopamine. La libération de dopamine par ces neurones est permanente mais modérée.

La fixation des enképhalines sur les récepteurs opioïdes "mû" des interneurones inhibiteurs sera à l’origine de la sensation de plaisir. Ceci va en effet être à l’origine d’une inhibition de ces neurones qui délivreront moins de neurotransmetteurs GABA. Les neurones à dopamine seront moins inhibés, la production de dopamine va donc augmenter. C'est cette surproduction de dopamine qui va être à l'origine de la sensation de plaisir.

Ceci est appelé le circuit de récompense. shéma du circuit de récompense

b) Action de la morphine

La morphine peut aussi être à l’origine d’une sensation de plaisir. Cette sensation de plaisir résulte, elle aussi, comme les molécules d’enképhaline, de la fixation de la morphine sur les récepteurs opioïdes "mû" du cerveau. Elle suit le même circuit de récompense.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site